MELISSA SUÁREZ DEL REAL


-Conceptrice multimédia spécialisée dans la création d’expériences multisensorielles et dans la narration interactive-

BIO
Mon début comme scénariste a commencé avec la création de l'émissionRadio Pocaju, pour laquelle j’ai collaboré pendant plus de dix ans. J’ai également été conceptrice publicitaire pour l’agence Euro RSCG (Mexique). Le fait de rencontrer Alicia Rios à Madrid et de faire partie du collectif Ali&Cia, m’a amenée à intégrer l'expérimentation sensorielle dans mon propre travail.
En 2016 j’ai obtenu le diplôme de master 2 Création Numérique et j’ai commencé à intégrer l'interactivité et l’exploration des interfaces dans mes projets.

J’ai récemment lancé la plateforme APÉRACTIF, consacrée au croisement entre arts numériques et gastronomie

COLLABORATIONS
En tant que présentatrice j’ai collaboré avec Radio Campus et Radio Mon Païs (Toulouse). J’ai aussi contribué aux magazines Time Out Mexico, Marvin et Replicante (Mexique). J’ai également fait partie des associations Nisi Masa et Cinestesias, consacrées à la promotion du cinéma en Europe.

CV





EXPERTISE

  • Conception multimédia
  • Développement créatif
  • Conception événementiel
  • Création de scénarii
  • Conception événementiel
  • Production de contenus multimédia
  • "Selon la religion pocajutienne, les offrandes trop robustes ou grossières offendent à Shu, qui préfère celles qui sont délicates, fines et subtiles. C’est la seule divinité qui demande de prier en silence, sans rien demander (elle sait déjà ce dont on a besoin)".

    "Shu, la déese du silence". Scénario pour Radio Pocajú.

  • "Le nom Acalamalaca est un palindrome qui représente les deux divinités; Acalam est le dieux du bruit, et Malaca est le dieux de la musique. Mais on ne doit jamais les appeler séparément,car il est un mauvais présage. Son nom entier, Acalamalaca, represente l’ordre et le désordre des sons dans le monde."

    "Acalamalaca" Scénario pour Radio Pocajú.

  • "A l’interieur de Pocaj existaient toutes les choses qu’on connaît aujourd’hui... les hommes, les étoiles, les casserolles, et bien sur les dieux. Mais tout cela était tellement serré à l’intérieur de Pocaj, que seulement un brin de poussiere a suffit pour creer une floppée de morceaux de pierre (...) Punaj, la déese creatrice, a autant mangé qu’elle a vomi toutes ces pierres, créant la voie lactée, et les humains avec elle."

    "Le livre sacré des pocajutiens". Scénario pour Radio Pocajú.

  • "Le temple, selon l’ancienne tradition, doit être bâti avec des materiaux capables de refléter le son et creer l’écho. Il doit, également, y avoir deux portes. Acalam, le dieu du bruit, representé normalement du coté gauche, on offre des petits objets en metal, ou n’importe quel objet capable de produire des sons. Par contre,à Malaca, placé du coté droit, on offre des boîtes, caisses et tiroirs remplis avec des instruments de percussion."

    "Acalamalaca" Scénario pour Radio Pocajú